Archives de catégorie : Nouvelles

Participation au Campement Terre Libre à Brasilia

A Brasilia, nous avons eu un accueil enthousiaste par Telma Marques et Rosimere Teles, que nous connaissions, car elles ont participé à l’échange en Indonésie, de Nara, de COIAB (base de la COICA) et bien sûr de Sonia Guajajara, l’un des leaders de APIB que nous connaissions déjà.

À plusieurs reprises les dirigeants de APIB ont répété leur joie de voir la première délégation d’ autochtones d’autres pays dans l’événement le plus important pour le mouvement autochtone du Brésil (organisé depuis 14 ans); Ils ont insisté sur le fait que pour eux l’incidence à l’échelle mondiale est très importante, car leur gouvernement tente de donner une image très positive de son travail avec les peuples autochtones à l’étranger, alors qu’en fait, il met en œuvre une politique systématique de retrait sur les droits déjà acquis , ce qui ralentit notamment tous les processus de certification en cours. D’où l’un des principaux messages de l’événement: « Demarcaçao Ja! » (« Délimitation maintenant! »).

Il y a des similitudes importantes du contexte brésilien avec les situations dans les pays des délégués, avec les progrès des méga-projets, l’exploitation minière, « l’agro-business »  et la criminalisation et assassinat des dirigeants autochtones. Cette situation a augmenté ces dernières années, menaçant les droits existants des communautés autochtones et quilombo, mais aussi ceux des travailleurs, ce qui explique la grève générale du  vendredi 28 était une (à laquelle l’ APIB s’est jointe).

Pour cette raison, le campement Terre Libre étit le plus grand de son histoire, avec plus de 4000 participants pendant 5 jours dans la capitale, où les pouvoirs qui les concernent (exécutif, législatif et judiciaire) sont réunis.

Au cours de cette réunion, ainsi que des ateliers combinés avec des espaces de témoignage, APIB a organisé deux marches, auxquelles la délégation a participé . La première, en particulier, a eu un moment de confrontation avec la police qui garde le Congrès, et a donc eu une importante couverture médiatique.

La délégation a eu différents moments de dialogue, ainsi que des moments pour s’adresser à la foule, montrant leur solidarité; la délégation a également préparé et remis une invitation à APIB afin que celle ci rejoigne une action commune de plaidoyer à l’échelle mondiale sur les quatre points d’accord (reconnaissance des droits fonciers, processus de consultation préalable, libre et informée,  la mise en œuvre des fonds territoriaux et l’arrêt de criminalisation des dirigeants).

La délégation a également participé à la présentation de vidéos de Handcrafted Films sur l’Indonésie, le Pérou et le Panama jeudi 27 au soir, en ajoutant leur témoignage aux images.

Enfin, la délégation a eu une réunion de travail avec APIB où les futures activités communes ont été prévues.

Merci à Maria Paula Fernandes de Uma Gota no Oceano, dont le soutien enthousiaste a rendu possible d’organiser cet échange.

Share

Nous allons au Campement Terre Libre au Brésil!

A l’occasion de l’ « Acampamento Terra Livre » (ATL) organisé par l’articulation des peuples autochtones du Brésil (Articulacao de Povos Indigenas do Brazil -APIB), Tisseur de Liens appuiera la participation de délégués de la AMPB, COICA et AMAN à cette réunion.

 

Pour AMPB, COICA et AMAN, c’est un moyen de rendre la visite qui a été faite au 5ème Congrès de AMAN en Indonésie.

L’ATL aura lieu du 24 au 28 Avril 2017 dans la ville de Brasilia, au Brésil.

C’est la plus grande mobilisation indienne au Brésil; elle vise à unifier les luttes indienne en appelant à venir autour de 2000 leaders. Toutes les informations sur la mobilisation est sur le site Internet.

Share

Echange en territoire Batak

Profitant de la visite en Indonésie d’ une délégation de 8 personnes d’ Amérique latine (des organisations AMPB, APIB et COICA) le Veme Congrès  AMAN à Tanjung Gusta, Sumatra du Nord, nous avons investi trois jours pour visiter deux communautés villageoises Batak ( « Tano Batak « ) sur l’île de Sumatra du Nord: la communauté Matio et la communauté de Supahitar. Au cours des deux réunions, nous pourrions en apprendre davantage sur la réalité des communautés, en particulier à partir d’une explication de l’histoire, et de courtes visites dans la communauté; un jour de plus a été consacré à dialoguer avec AMAN Tano Batak  dans leurs bureaux à Belige.

Territoire Batak dans l’île de Nord Sumatra


Malgré les frictions inévitables dans un grand groupe, avec parfois des complications logistique et des moments de fatigue à cause des grandes distances  couvertes, la délégation a fini par consolidar un groupe humain  assez consolidé. Nous pensons qu’il est important de pouvoir constituer un groupe de personnes à des niveaux de leadership qui se connaissent mieux, avec des expériences partagées et un niveau assez fort de compagnonnage.

 

Nous avons pu tester l’hypothèse que les échanges ne sont pas purement des moments de discussion cérébrale, mais aussi des rencontres entre des humains, où la musique, par exemple, peut créer des relations de confiance presque immédiatement (et les Indonésiens aiment chanter): le moment à Matio où la délégation latino-américaine a chanté une petite chanson Miskitu après les présentations officielles a provoqué immédiatement une réplique enthousiaste des Batak avec des chansons et des danses qui a vraiment été un moment très spécial.

Chant et danse spontanée à Matio

 

On a pu aussi voir que sur le territoire Tano Batak, d’environ 30 communautés, le personnel local d’ AMAN est d’environ trois ou quatre personnes, avec le soutien de l’ institut local HARI (Hutan Rakyat Institute ou l’Institut pour les personnes et les forêts).

Réunion avec la Secrétaire Générale d’ AMAN

Al regreso de la de delegación en Jakarta se obtuvo una reunión de la Secretaria General de AMAN con la delegación en las oficinas de AMAN en Jakarta, donde se pudieron reafirmar las relaciones de trabajo que ha habido, y donde conocimos también a parte del equipo de AMAN, muchos de los cuales no conocemos porque no hablan bien inglés y no salen del país.

Au retour à Jakarta une réunion de la délégation avec la Secrétaire général d’AMAN dans les bureaux d’ AMAN a été concertée, oú les relations de travail et solidarité ont été réaffirmées, et oú nous avons rencontré également une partie de l’équipe d’ AMAN que nous ne connaisssions pas certains membres car ils ne parlent pas bien l’anglais et ne quittent pas le pays.

Share

Visites exploratoires au Maroc

En Août, une première visite exploratoire à Marrakech, au Maroc, par Michel Laforge, visait en particulier à évaluer la pertinence d’avoir l’Association des peuples montagnards du monde (APMM) en tant que partenaire local pour les actions de la COP22. En effet, l’APMM-Maroc semblait être bien organisé et représenter un partenaire local intéressant.

La visite à Marrakech et Tinghir a montré que l’APMM-Maroc et l’APMM en général pourraient être de bons partenaires, en dépit de quelques problèmes d’organisation interne, mais aussi que le Conseil mondial amazigh (CMA), présent au Maroc, en Algérie et en Tunisie, avec une forte présence en France,  pourrait être un partenaire intéressant comme représentant d’un peuple autochtone. la communauté des expériences de gestion forestière au Maroc, que l’on croyait pourrait être la base d’un échange au cours de la Conférence des Parties identifié.
Cette visite a été complétée par une mission exploratoire à la fin Septembre par Leticia Doormann, qui a identifié les problèmes de logistique (hébergement, transport), pris en charge par le personnel local (lié au CMA) et a visité l’espace possible  d’échange sur Denmet.

Share